Wow

Ce serait long à expliquer mais ce soir, je suis rentrée avec les trois nouveautés de Serge L. qui m’ont été offertes : Fille en Aiguilles, Fourreau Noir (non, pas la version gravée ci-dessus, tout de même !) et la réédition de Féminité du Bois. Je suis comme intimidée de les ouvrir pour les sentir – bien que je connaisse Féminité, bien sûr.

J’attendrai peut-être Claudine, quand nous irons nous entraîner pour les claquettes. J’ai envie de les découvrir en présence d’une âme amie, comme si j’allais frotter la petite lampe d’où sortirait le génie. Parce que, pour moi seule, ces cadeaux me semblent un peu démesurés et qu’au fond, j’ai envie de les partager avec quelqu’un qui a permis aussi, quelque part, que je les reçoive ce soir. Mémoire commune. Le parfum n’est-il pas intimement lié au(x) souvenir(s) ?

Il est probable qu’un jour prochain, proche, même, je rencontre enfin Serge L. Oui. J’ai mal au ventre un peu, rien que d’y penser, moi qui ai passé toutes ces années à espérer une rencontre tout en la fuyant chaque fois qu’elle se présentait. Il semble qu’il est temps. Ce sera alors la fin d’un cycle. Dix ans quasiment mois pour mois, après l’avoir découvert, fin 1999, par hasard.

Je ne sais pas si j’arriverai à lui parler, même cinq minutes. Peut-être que le voir de loin suffira simplement à mon bonheur. J’y pense et je ne sais même pas ce que j’aimerais lui dire. Rien, peut-être. J’ai peut-être déjà tout dit, d’ailleurs, moi, en n’osant jamais lui parler en vrai. J’espère en tout cas qu’il se doute, qu’il sait que rien de ce que j’ai fait pour partager ma passion de son travail n’attendait récompense. De lui, j’aime tout, j’admire tout et respecte tout avec la sincérité la plus ingénue. Serge L., ca a été beau et important dans ma vie. Il faut que ça le reste toujours.

C’est bête, parfois, d’être ce qu’on appelle communément une « fan ». Mais je ne veux pas être commune, justement. Moi, je ne me sens pas fan. Je dirais plutôt « amoureuse ». Dans un sens très large. Même si ça risque d’être mal interprété.

Je crois que j’aurais juste envie de lui dire, « Serge, je vous aime ».

Avec le risque qu’il prenne cette déclaration pour une demande en mariage… 🙂

truebeauty1999

4 comments / Add your comment below

  1. Quelle merveille, Céline ! Je suis heureuse pour toi : il faudra que tu nous racontes ce qui t’a valu ce somptueux cadeau. Le principal encore à venir étant la rencontre avec Serge..

    Mais ce n’est que justice : tu as tant oeuvré dans l’ombre pour faire connaître et aimer Serge Lutens. Et tiens, ne serait-ce pas l’occasion de (re)crer un sous-blog éphémère pour nous tenir au courant de la suite des aventures lutensesques ? ;-). Voilà qui serait fédérateur!

  2. Aâhhhhh, mais quel magnifique flacon !!!
    On ne va pas revenir sur Serge, mais je garde moi un souvenir delicieux de notre rencontre…N’aie pas peur mon enfant ^^

    Ou as tu peur de « briser » le mythe en lui parlant ? Mais surtout, tiens nous au courant !!

  3. Cuauh >> Le sous-blog éphémère, c’est un peu la page Facebook maintenant. Ca a nettement moins de classe que l’ancien forum, mais il faut vivre avec les outils de com de son temps (snif.) Et surtout, ça prend moins de temps à actualiser. Pour le reste, tu sauras tout !

    Princesse >> Je crois que je vais me faire tatouer le motif de ce flacon à l’intérieur du bras ! Sérieusement. En petit, bien sûr.
    Et oui, clairement, j’ai « peur » de briser le mythe 🙂 Parce que parfois, l’attente et l’espoir sont bien plus excitants que la réalisation du « fantasme ». Je suis encore dans la « montée » mais bon, il va bien falloir songer un jour à descendre. Je vous dirai, si ça se fait enfin (avec moi, on sait jamais…)
    Quant à toi, chéris cette formidable rencontre 🙂

Laisser un commentaire