Death Proof

De Quentin Tarantino

Quentin Tarantino n’en finit pas de bluffer le public avec son talent indéniable, insolent de désinvolture. Pétri de références cinématographiques et musicales populaires, il n’a de cesse de rendre hommage à cette « culture bis », culte à ses yeux, en réalisant des films joyeusement déjantés et toujours très maîtrisés.

Death Proof est donc un slasher road movie rempli de belles pépés bien roulées et belles bagnoles bien ronflantes. Sauf que… là où Tarantino nous embarquait, autrefois, dans des intrigues savamment dialoguées, découpées et montées, il nous déroule ici un film médiocre, bavard à en mourir d’ennui et au scénario inexistant.

Certes, on retrouve encore la patte talentueuse du réalisateur, ses « trucs » habiles pour divertir le public : pellicule vieillie ou qui saute, passage de la couleur au noir et blanc, bande originale séduisante. Le premier crash est superbement filmé – seul moment véritablement gore – et la course poursuite en voiture de la seconde partie, plutôt jouissive malgré son invraisemblance. Le savoir faire est évident, les actrices plutôt jolies à regarder (quoique pas forcément très justes dans leur jeu) et Kurt Russell, surtout, au top dans l’autodérision.

Mais tout ça pour quoi, au final ? Rien. Derrière la réalisation léchée : le néant. Tarantino est devenu un simple DJ : il remixe tout pour en faire n’importe quoi et, comble de l’auto-satisfaction, en vient à s’auto-citer lui-même (la sonnerie de téléphone qui joue la musique de Kill Bill… Ca va les chevilles Quentin ?)

Que tout cela est creux et artificiel, vain et prétentieux ! Ces discussions interminables de nanas sont abominablement longues et inintéressantes (merci pour cette image sexiste de femmes un peu vulgaires, un chouïa crétines, complètement superficielles), l’humour et la verve des dialogues tarantinesques ont disparu au profit de pseudo bons mots grossiers (c’est tellement cool des nanas qui parlent et jurent comme des mecs) – le summum du jeu de mots : « Do I frighten you? Is it my scar? » « It’s your car ». Consternant ! – et on se fait chier une bonne partie du film, à attendre poliment qu’il se passe quelque chose, entre deux démonstrations de virtuosité formelle et deux disques troooooop cooooools.

Au final, Death Proof ressemble à un exercice de style inutile, branchouille à mort, dans lequel Quentin Tarantino semble à la limite de se foutre de notre gueule (il n’y a même pas de fin : le film se termine hyper abruptement, sans doute pour accentuer sa coolitude.)

Tarantino a toujours été un gros malin plus qu’un grand réalisateur mais là, il dépasse les bornes. Bidon. Peut vraiment mieux faire.

6 comments / Add your comment below

  1. savais tu que le film faisais partie s’un projet et devais s’enchainer directement avec Planet Terreur.
    l’enchainement des 2 films n’a pas été un succès aux USA .
    Alors le projet GRINDHOUSE , est sortie en deux temps ici chez nous.
    mois j’avais bien aimé l’ambiance de DEATH PROOF. Peut etre que je suis un inculte de Tarantino. Pour avoir aimé celui-là. I don’t know.

  2. Rien à voir, mais je t’ai vu dans les commentaires chez Kek à propos de la note de Laurel. Entre les stars de la blogosphère (Boulet, AK, …) les dizaines de gens qui ont un blog horrible (As-tu cliqué sur ces liens? Qiuelle horreur!) et les anonymes, encore plus nombreux, ça m’a fait marrer de croiser quelqu’un que je connaissais.

    D’habitude je suis pas trés commentaires, c’est souvent d’une banalité à pleurer. Je ne lis que quand il y a des polémiques! A mort Laurel!

  3. Thia >> Oh bé il faut pas prendre mon petit avis contre soi… Après tout, on a le droit d’aimer ou pas DEATH PROOF, hein, je ne donne que mon opinion très très méchante, HiHi… ^___^ Et c’est pas parce que tu as aimé que je vais te lyncher !
    C’est vrai qu’au fond, je ne suis pas si virulente envers Tarantino, disons que j’ai quand même été déçue et que ça ne restera sûrement pas dans mon panthéon de films cucultes. En revanche, j’ai quand même bien envie d’aller voir le film de Rodriguez ! (Together ??? si ça te dit !!!)

    Malphas >> Oui, je sais, j’ai du mal à être vraiment méchante « en vrai » 🙂 HuHu.
    Pour Laurel, j’adore son blog, c’est ma dose quotidienne de voyeurisme, c’est mon « Secret Story » à moi qui n’ai pas la télé. Souvent, je lis également les coms que ses « fans » postent, c’est un grand moment de basse jouissance.
    J’adore aussi le blog de Kek dont je suis très admirative… Et le blog de Tarrin, qui a un sacré talent, mine de rien… Bref.
    Oui, j’ai laissé un com sur le blog de Kek car, même si je trouve la note de Laurel d’une débilité absolue, je suis encore plus effarée par le déchaînement de bonnes consciences (très aptes à sortir les insultes classes du genre « pute » ou « conne ») qu’elle a suscitées… Bizarre, avec tous ces gens si généreux, que la Gauche se soit tant ramassée aux présidentielles 😉

  4. nan je l’ai pas pris contre moi , c’est juste que pour une fois que je défend un film , je l’ai fait avec disons ….avec virulence.

    vi allons voir le rodirguez pour la peine na !!!

Laisser un commentaire