Le petit Copain – Donna Tartt

Dans une petite ville du Mississipi, Harriet, une fillette de douze ans au caractère bien trempé, décide un été de venger le meurtre de son frère Robin. Celui-ci a été retrouvé pendu à un arbre des années plus tôt, alors qu’elle n’était qu’un nourrisson, et cette mort non élucidée plane comme une lourde malédiction sur sa famille. D’une intelligence remarquable et d’une imagination fertile nourrie de légendes familiales et récits d’aventures, Harriet se lance, avec son ami Hely, dans une vengeance qui les mènera dans le monde des adultes, sombre, inquiétant et terriblement dangereux.

J’ai (enfin !) terminé ce roman, il y a quelques jours, après des semaines de lecture un peu fastidieuse. Pourtant, globalement, j’ai bien aimé. Mais le début était si magistral (le récit de la tragédie originelle, la description de la famille Cleves, avec cette figure formidable d’Edie, la grand-mère imposante, et le personnage de Harriet, magnifique, en quête obstinée de vengeance) que j’ai été déroutée et déçue lorsque, à la moitié du livre, l’intrigue se déporte sur une autre famille, celle de l’assassin présumé. Pour le coup, il m’a semblé que le côté pittoresque de cette famille de délinquants junkies frôlait la caricature.

Si la première moitié du roman est tout simplement fabuleuse, j’ai trouvé que le reste, jusqu’aux dernières pages – de nouveau excellentes -, se traîne un peu. Du coup, j’ai mis un temps infini à parvenir au dénouement.

Petite déception aussi : je m’attendais à un vrai thriller, un bon polar avec résolution de mystère et tout et tout… et en fait, il s’agit plus d’un roman noir assez mélancolique.

Reste une peinture forte du monde obscur de l’enfance et un récit bien écrit sur la mémoire (les souvenirs familiaux érigés en mythes), le chagrin (la mort du chat, la séparation d’avec la domestique noire), la vengeance et le deuil.

Mise en bouche par ce deuxième roman de Donna Tartt (super le nom), j’ai commencé avec intérêt son premier opus, the secret History, en anglais cette fois, qui me semble différent mais plutôt passionnant…

Laisser un commentaire