Special K(anal +)

Placebo

« Nemo, j’ai gagné 1 place pour le concert 2 Placebo sur Canal + lundi soir. Si tu la veux, dis-moi. Sinon je verrai avec 1 de mes cousines. Biz. »

Quelle ne fut pas ma surprise, samedi matin, de découvrir ce sms de la miss Thia me proposant tout bonnement, purement et simplement un sésame pour le très convoité concert privé de Placebo pour Canal +. Evidemment, l’hésitation ne fut pas de mise et c’est avec joie et reconnaissance que j’acceptai de me dévouer pour la remplacer.

Lundi soir, je me rendis donc à La Plaine Saint-Denis (l’enregistrement du concert ayant lieu dans un studio du coin), charmante petite bourgade à la périphérie nord de Paris, munie du mail que m’avait gentiment imprimé Thia et de la crainte un peu justifiée de m’être déplacée pour rien. En effet, ayant surfé sur un forum dédié à Placebo, j’avais eu l’occasion de comprendre que l’organisation paraissait un peu bizarre pour ne pas dire étrange.

Arrivée sur place à 19H30, après m’être un tantinet paumée dans le Silic, comme je l’avais escompté, je parvins enfin au Studio 104 où une petite foule se massait à l’entrée. Les heureux élus étaient déjà à l’intérieur, de l’autre côté du seuil glacial. Les fans malchanceux se caillaient les miches dehors, espérant qu’on leur accorderait peut-être le droit d’entrer dans un bienveillant geste chrétien.

Ne me sentant plus péter avec mon petit mail même pas à mon nom, je me faufilai tranquillou parmi les happy few et savourai cette chance insolente qui me faisait prendre la place d’un fan pur et dur. Car, pour parler en toute franchise, ça fait un petit moment que je ne suis plus, à proprement parler, une « fan » de Placebo.

Pour l’heure, présentons notre ticket au molosse qui nous fait entrer au compte-goutte dans le studio, où se profile le décor des Guignols de l’Info. Nous apprenons que nous devrons d’abord voir les Guignols avant d’assister au concert. Le chauffeur de salle, un grand type sympathique qui n’est pas sans évoquer Guillaume Canet dans mon Idole fait de son mieux pour attirer l’attention d’un public essentiellement féminin et visiblement bêbête…

Les Guignols de l’Info se passent, on rigole poliment, on applaudit consensuellement et, enfin, rang par rang, on se décale vers le second plateau où est déjà installée une tripotée de VIP venus d’on ne sait où. Le staff fait ensuite apparemment entrer des personnes qui attendaient dehors.

Nous commençons par enregistrer des séquences d’applaudissement, plans du public qui seront a posteriori rajoutés au montage. Nous sommes donc filmés en train d’applaudir bêtement (et mollement, il faut le dire) dans le vide, dans des ambiances jaunes, rouges, vertes… (aucun risque que vous me voyiez lors de la diffusion du concert sur Canal, je suis allée me cacher au fond…)

Enfin, vers 20H30, Placebo arrive.

Ouaiiiiiissss !!! Bien sûr, comme toute petite hystérique qui se respecte, je ne peux pas m’empêcher de laisser s’échapper un cri d’enthousiasme primaire lorsque je vois nos trois compères débouler à quelques mètres de moi. Brian est toujours aussi ridicule avec sa coupe de Kiki mais bon, on l’aime bien quand même.

En tout, nous aurons droit à 9 chansons dont 7 du nouvel album MEDS (qui sortira en mars mais qui est déjà disponible sur la mule…) soit environ une heure de concert.

Le groupe, accompagné de deux musiciens supplémentaires attaque par un MEDS assez pêchu (sans VV de The Kills) et plus agréable que sur l’album où l’on attend un peu en vain que ça décolle. On enchaîne sur INFRA-RED, que j’aime beaucoup aussi. Un son moins « propre » que sur l’album et surtout la voix de Brian qui prend toute son ampleur dans la petite salle, nous faisant tous bouger en rythme. BECAUSE I WANT YOU ne m’emballe pas des masses, ni sur CD ni en concert, ce morceau étant, selon moi, à ranger dans la catégorie des titres lents chiants du groupe. Sur FOLLOW THE COPS BACK HOME, c’est carrément la débandade. Brian oublie les paroles dès le début de la chanson et arrête l’enregistrement de l’émission. Lorsqu’il reprend, après avoir bu et s’être épongé, c’est un peu mieux mais il n’a pas l’air très à l’aise avec cette chanson. Sans compter qu’il chante les mains dans les poches comme une mijorée en train de minauder. Bref, pas inoubliable. POST BLUE en revanche, est carrément génial, je l’ai d’ailleurs ajouté dans la radio blog afin de vous en faire profiter. L’un des meilleurs morceaux de l’album pour moi. Après ça, Brian nous annonce que « Celle-ci, vous devriez la connaître » : il s’agit de THE BITTER END, parfaite de bout en bout. Il continue dans les vieilleries avec 36 DEGREES, très lent et peu palpitant à mon goût, pour finir avec le prochain single, très chouette : SONG TO SAY GOODBYE.

Après cette prestation très agréable, le groupe s’éclipse, nous laissant le temps de le rappeler à grands renforts de cris et applaudissements. Le rappel se fait sur l’excellent SPACE MONKEY sur lequel Brian s’éclate avec une sorte de mégaphone orange qui lui fait une voix de canard de l’espace.

Voilà. Grosso modo, les meilleures chansons de l’album sont passées. Placebo est toujours aussi efficace en live, mais ne se renouvelle pas, ce qui est un peu dommage. Plat et beau (ah ah.) Mais le moment a tout de même été assez génial et j’en remercie de tout coeur tata Thiathia !!

Le concert sera diffusé la première fois le 12 mars sur Canal à 0H15.

Laisser un commentaire