Sad song

Cimetière de Loyasse © 2001 nemo

Aux disparu(e)s de ces deux derniers mois, qui m’ont été cher(e)s. Alzheimer, le cancer ont eu raison d’eux, parfois trop tôt, parfois trop tard. J’ai souvent pensé à eux, est-ce que ça compte quand même, quand on n’a pas été fichu de faire plus ou mieux, par lâcheté, par timidité, par égoïsme ?

On ne dit jamais assez à ceux qu’on a aimés à quel point ils ont compté.

Que ceux qui vous aiment vous fassent encore vivre longtemps dans leurs souvenirs.

Figures

Je bats comme des cartes
Malgré moi des visages,
Et, tous, ils me sont chers.
Parfois l’un tombe à terre
Et j’ai beau le chercher
La carte a disparu.
Je n’en sais rien de plus.
C’était un beau visage
Pourtant, que j’aimais bien.
Je bats les autres cartes.
L’inquiet de ma chambre,
Je veux dire mon coeur,
Continue à brûler
Mais non pour cette carte,
Qu’une autre a remplacée :
C’est nouveau visage,
Le jeu reste complet
Mais toujours mutilé.
C’est tout ce que je sais,
Nul n’en sait d’avantage.

Jules Supervielle
Les Amis inconnus, 1934

Laisser un commentaire