J’aime James ♥

Revu samedi soir Au revoir parapluie au Théâtre Marigny. J’avais donc invité toute ma petite famille (MamanPapaDjéVicAletmoi) pour fêter dignement une belle rentrée d’argent qu’il me semblait plaisant de partager. Comme dirait Djé, ça ressemblait à un jetemeloffre (le cadeau qui fait d’abord plaisir à celui qui l’offre) ouimaisnon. Car Au revoir parapluie, je l’avais déjà vu en 2008, et même deux fois, et même gratuitement, grâce à l’amie Baz. (Eh oui, c’est cool d’avoir des amies sympas qui vous font découvrir des choses fabuleuses.)

Et si j’y suis retournée avec tout ce petit monde, c’est que je voulais simplement leur faire partager un instant de grâce rare.

Sauf que depuis, je suis devenue hyper exigeante en matière de placement. Alors samedi, j’ai été plus que déçue par les conditions d’accueil de Marigny. Pour y avoir été il y a plusieurs années, je me souvenais qu’il s’agissait d’un théâtre à l’italienne : il était donc indispensable d’être face à la scène pour profiter pleinement de la beauté visuelle du spectacle. Les places étant tout de même assez chères, je n’avais pris des première catégorie que pour mes parents (50€ la place !) et des deuxième (40€ chaque) pour nous quatre « les jeunes », me disant, au vu du plan de salle, que nous serions quand même correctement assis.

Eh bah franchement, je suis encore scandalisée : nous étions au deuxième balcon, franchement un poil trop haut pour apprécier à 100% certaines scènes (notamment celles où les personnages sont en l’air), balcon surchauffé (nous avons tous failli mourir de chaud, nos lentilles se desséchaient complètement et sur la fin, c’était tellement insupportable que je priais pour que la fin arrive), et moi, j’avais un strapontin tout raide, surélevé et mal foutu (la personne de devant me cachait une partie de la scène) (40€ le strapontin, youpi). Derrière nous et sur les côtés, une bonne partie du public a fini debout pour avoir une visibilité « correcte ».

Bref. Pas contente du tout j’étais. Au point de dépense où j’en étais, j’aurais mieux de nous payer à tous des places plein pot, parce que là, je peux très clairement comparer la magie que j’avais ressentie les deux premières fois, et le léger recul que j’ai eu à être aussi loin samedi.

Enfin bon. Cela n’enlève rien à la beauté et la poésie du spectacle. Mes petits spectateurs ont bien/beaucoup aimé (j’espère qu’ils n’ont pas dit ça pour me faire plaisir !) : Môman, qui n’aime pas trop le burlesque a trouvé un peu longuettes les parties de mime ; Pôpa a eu du mal à rentrer dans l’univers au départ mais a plutôt aimé ; Djé a quand même préféré, pense-t-il, la Veillée des abysses, plus spectaculaire avec son ouverture incroyable et son dernier tableau impressionnant (le grand bateau), et parce que la danse, « ça le gonfle un peu » (et Au revoir parapluie est peut-être le plus dansé des spectacles de James Thierrée). Vic et Al. ont aimé. Kim et Romain, qui étaient là aussi, je sais pas trop, ils étaient si mal placés les pauvres (pour 30€ !) (je sais, je focalise sur les prix, mais quand même, c’est abusé) qu’ils avaient une visibilité réduite.

Personne n’a compris « l’histoire » qui m’avait pourtant paru assez évidente dès le départ (mais bon, mon interprétation n’a pas été validée par Jame, hi hi) mais au final, tout le monde a été assez enchanté par l’onirisme et l’originalité de l’ensemble.

Moi, j’ai été, pour la troisième fois émerveillée et émue aux larmes, notamment aux deux passages les plus magnifiques : la danse sur le siège à bascule et la danse avec les roseaux :

Au Revoir Parapluie (James Thiérrée) from Vladislav Bagnuk on Vimeo.

Voilà. J’avais conseillé ce spectacle à deux collègues, dont mon boss Xave, qui a adoré. Je ne saurais que vous recommander d’aller voir une fois au moins une création de James Thierrée (ou de sa famille : sa soeur Aurélia ou leurs parents avec le Cirque Invisible…) C’est un moment à part, une belle échappée et si vous avez des enfants, c’est encore mieux.

Pour info, parce que je suis hyper sympa, Raoul repassera au Théâtre de la Ville pour Noël ! Vous êtes prévenus !

  • Au revoir parapluie de James Thierrée
  • Vu le samedi 4 juin 2011 au Théâtre Marigny (Paris)

Laisser un commentaire