Rebonjour parapluie

En ce moment, je n’ai pas (encore) internet à la maison, ce qui m’empêche de commenter ce que j’ai vu et qui m’a plu : par exemple Rain – Comme une pluie dans tes yeux du Cirque Eloize, vu à Aulnay-sous-Bois (!) (un cadeau d’Al. qui m’a fait croire qu’on partait au débotté à l’aéroport Charles de Gaulle) (sans culotte propre : une minute d’angoisse !) ou encore Black Swan de Darren Aronosfky avec l’intense Natalie Portman, film qui m’a agréablement surprise.

« Heureusement » (pfffff…), en ce moment, je n’ai pas trop de temps non plus pour les sorties spectacles donc ce n’est pas trop grave si je ne donne pas mon avis sur tout. 😉

Néanmoins, je serais vraiment une vieille truie dégueulasse de vous cacher plus longtemps le retour à Paris de l’un de mes « chouchous », avec le spectacle dans lequel je l’ai découvert il y a près de 3 ans : Au revoir parapluie. James Thierrée ! (Hurlements de groupie en délire et céleri-roulades de joie de votre servante…) Cliquez sur cette vieille critique : le souvenir ébloui z’et ému de cet émerveillement est toujours aussi vif. Je vais y inviter toute ma petite famille (Môman, Pôpa, Djé, Vic et Al.) en juin, pour me consoler de n’avoir pu leur offrir Blanche Neige de Preljocaj à Noisy-le-Grand (fin avril), complet de chez complet.

J’espère qu’ils seront aussi émerveillés que moi. Au revoir parapluie est, à mes yeux, le plus beau spectacle de James, encore plus magique et bien plus émouvant que la Veillée des Abysses et Raoul (qui m’avait un peu déçue – mais bon, je m’étais gavée de la famille Thierrée en quelques mois, ceci explique peut-être cela)…

Comme il s’agit d’une sortie « familiale », je ne constitue pas de groupe pour cette fois et je laisse le soin à ceux qui en auront envie (et… les moyens ! Les places sont vraiment très chères…) de se débrouiller tout seuls. Dépêchez-vous : il ne reste plus beaucoup de places et encore moins de « premiers prix » – du moins sur internet (30€ en 3e catégorie, dans une salle à l’italienne : je déconseille franchement !) C’est cher, mais ça vaut le déplacement.

Et si le poids des mots ne suffit pas à vous convaincre, je vous laisse sur le choc des images :

Laisser un commentaire