Lundi noir

Hier, en me baladant dans la rue, j’ai croisé le diable sous le porche d’un immeuble :

(Les passants se demandaient ce que je pouvais bien photographier…)

J’aurais dû me douter, vu les « signes » que je reçois depuis quelques jours, que c’était un (mauvais) présage :-s…

La semaine commence mal avec une cliente furax qui nous a « accueillies » (mais à ce stade-là, peut-on encore parler « d’accueil » ?) ce matin, la formatrice et moi, avec un mécontentement glacial. Fête du slip, fête du slip. Même si elle a ses raisons d’être de mauvaise humeur pour un travail rendu tardivement par rapport à sa demande et ce qui était convenu (bien que nous ayons fait notre possible pour être dans les délais, je prends une part de torts pour n’avoir pas pressé Nobru de me valider mon travail plus vite), je trouve un peu dommage qu’elle soit désagréable avec la formatrice, juste avant qu’elle ne commence son boulot et alors qu’elles doivent déjeuner ensemble. Ca fout une sacrée sale ambiance. Lydia, outrée par ce comportement, a commencé à râler elle aussi (« j’ai jamais vu ça, c’est quoi ce délire ? ») en marmonnant à deux mètres de la cliente que, si ça se passait comme ça, elle se cassait et tout et tout. Youpi.

Je l’ai calmée en lui demandant de faire profil bas et d’assurer sa prestation comme une pro, afin d’apaiser tout le monde, et l’ai laissée, vaguement culpabilisée, dans les murs. De retour à l’agence, j’en ai parlé à Xave, qui n’a pas l’air trop traumatisé du bulbe. Mais je stresse. Je déteste « mal faire », je déteste décevoir, je déteste qu’un client soit insatisfait ; pour moi, cela signifie que le travail demandé n’a pas été rempli. C’est parti pour une journée « boule-au-ventre ».

Décidément, c’est pas mon mois.

Vivement demain, juin, le ciel bleu et les gens joyeux.

Pfff.

Laisser un commentaire