« Les claquettes sont sa passion »

Série de 5 rondeaux (qui ne sont pas des rondeaux) pour mon anniversaire.

Merci Cuau, Tibo, Manolo et Ayotl !

Céline :
Les claquettes sont ma passion
Et je tapdance dans ma tête
Quand ma sautillante obsession
Ne peut être assouvie. C’est bête !
C’est bête ! mais quelle émotion,
Quand j’y pense le coeur en fête !
Tout entière à ma dévotion,
J’aime à la folie, c’est trop chouette !
Il n’y a pas d’explication,
En esprit toujours je claquette :
Les claquettes sont ma passion.

Tibo :

Les claquettes sont sa passion
Elle tapdance dans sa tête
Pourtant, son réveil est grognon :
Dur d’émerger de sa couette !
Dans mon Brussel, en excursion,
Ses baskets lui ont fait la fête ;
Frites mayo : c’est gras et bon
Et tant pis si son jean en pète !
S’il vente un peu sur le Sablon,
Ses cheveux seuls sont en tempête :
Les claquettes sont sa passion..

Manolo :
Les claquettes sont sa passion
Elle tapdance dans sa tête
La Célinette papillon
Qu’on a connue moins guillerette.
Adieu, platonique effusion !
Adieu, vieux beaux en tête-à-tête
L’auteur fameux du Sergeothon
L’amie sûre, un peu girouette
Boute le mot « hésitation » ;
Désormais elle le décrète :
Les claquettes sont sa passion.

Ayotl :
Les claquettes sont sa passion,
Elle tapdance dans sa tête.
Au blob de sa génération,
Sa plume est celle d’un poète.
Tant de mots passent à l’action,
Qu’ils stimulent ses bonds d’esthète.
Saló en sa malédiction
Ne serait-il pas obsolète ?
Un rire sans contradiction
La pousse vers ses vers d’athlète.
Les claquettes sont sa passion.

Cuau :

Les claquettes sont sa passion,
Elle tapdance dans sa tête.
D’autant qu’avant le réveillon,
Du prof elle a fait la conquête.
Car cet hiver est SA saison :
Et jamais sa joie ne s’arrête :
Théâtre, manèges, chanson :
Jekyll, Manson, et La Boulette…
Et même, à l’aube sur le pont,
Elle a changé de silhouette !
Les claquettes sont sa passion.

Oui, bon, les claquettes c’est ma passion, mais maintenant, faudrait peut-être que j’arrête d’être nulle… 😉

3 comments / Add your comment below

Laisser un commentaire