La Belgique, c’est magique !… (ahem)

Gembloux - Les 3 Clés - Vue de ma chambre

Ô toi voyageur hagard égaré que tes pieds ont lestement porté jusques aux portes de la fière Belgique, suspends ta course un instant pour rassasier ton oeil curieux de cette petite ville, qui se fait discrète entre Bruxelles et Namur, mais qui, comme toutes les timides, n’en est pas moins charmante, j’ai nommé Gembloux. Oui, ami explorateur, Gembloux. Ce nom t’est inconnu ? Rassure-toi, il l’était encore pour moi il y a quelques jours, avant que le destin taquin ne m’y envoyât pour un voyage d’affaires (car oui, je suis une executive woman désormais, il va falloir te mettre ça dans ton petit crâne potelé.)

Gembloux. Gem-bloux. Rien que le nom, déjà, fleure bon la douceur de vivre, non dénuée d’une certaine rugosité paysanne. On y sent à la fois la poésie émouvante du terroir solide, l’image paisible du « trou de verdure où chante une rivière » (non, ce n’est pas du Yves Duteil) (en l’occurence, la rivière, c’est l’Orneau, un affluent de la Sambre), les effluves de la bière mousseuse et toute cette truculente générosité campagnarde belge qui roule les « rrr » une fois ! – en revanche, ça ne sent pas le jambon et les genoux, comme j’ai pu le lire ici ou là.

Et ce « x » final, incongru comme une queue en tire-bouchon, rajoute une touche d’espièglerie décalée à ce patronyme… d’autant plus incongru que l’habitant de Gembloux n’est point le Gemblouxois mais le Gembloutois (tout de suite, c’est moins fun, mais je n’y peux rien, on ne m’a pas consultée avant de baptiser les Gembloutois les Gembloutois.)

Gembloux est donc, selon Wikipédia, « une ville francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Namur, sur l’axe Bruxelles-Namur. » Selon mon oeil, c’est surtout une ville située au bout d’une route nationale bordée de clubs dansants à péripatétiputes, éclairés par des néons glauques. Mais une fois dans la ville, son charme médiéval surprend. Surtout s’il fait nuit. Parce qu’on ne voit pas grand chose.

Je te conseille donc, frère globe-trotter, de privilégier une visite de Gembloux le jour. Parce que la nuit, c’est sombre et le jeudi, c’est mort. Les rues sont désertes ; les restaurants à peu près vides. Le seul bruit que l’on peut entendre est celui de la brume qui craquelle dans l’air glacé de l’hiver.

Peut-être est-ce vide parce que c’est l’hiver et que l’hiver, en Belgique, il rigole pas. Même que l’eau de la fontaine de l’hôtel est toute gelée et que la végétation dort encore sous son drap de givre matinal le soir. C’est pas l’Alaska Gembloux, mais pas loin. Je comprends qu’ils hibernent les Gembloutois avec un froid aussi vigoureux. Un charmant autochtone, Alexandre, m’a néanmoins appris l’autre jour qu’il était allé jouer de la musique là-bas, il y a quelques années, dans une fête d’étudiants. Preuve, s’il en est, que la ville vit quand même.

Gembloux est en effet réputée pour sa faculté d’agronomie ; la ville est d’ailleurs un « agrobiopole », un pôle d’excellence en agronomie et biotechnologie. Donc tu vois, c’est quand même pas de la rigolade ce que je te propose comme circuit touristique.

A Gembloux, tu pourras goûter plein de plats aux noms exotiques, que j’ai déjà oubliés ; tu pourras aussi loger à l’hôtel Best Western 4 étoiles Les 3 Clés mais là, je ne te conseille pas les sandwiches, sincèrement, je les fais aussi bien. Pour le reste, c’est bien et, le plus important, propre. Moi, par exemple, depuis deux nuits, j’ai une superbe suite qui doit faire la taille de mon appartement parisien, je me sentirais presque aussi bien que chez moi s’il n’y avait pas cette décoration d’un vert émeraude intimidant.

Tout à l’heure, alors que je tapais fièvreusement un mail passionnel sur mon ordinateur, j’ai senti une odeur de fumée. J’ai cru un instant mon cerveau en surchauffe, avant de comprendre que c’était la fumée de la cigarette de mon collègue P. qui passait sous la porte… qui sépare nos deux chambres ! et que le personnel a bloquée avec un meuble bas.

Alors là ! J’avoue avoir été shockède ! Combien de collègues sont-ils ainsi encouragés à tromper leur conjoint(e) en se faufilant discrètement dans la chambre voisine par cette porte dérobée aux yeux extérieurs ?

C’est donc désabusée par le genre humain que je vais quitter Gembloux demain soir.

Mais j’espère que je t’aurai donné un peu envie de découvrir cette ville légendaire. Comme ça, tu pourras me raconter tout ce que je n’ai pas vu de Gembloux. C’est à dire tout.

1 comment / Add your comment below

  1. Mon dieu, à lire ton post, je me suis surprise à fredonner « Tu voulais voir Gembloux, et on a vu Gembloux… »

    je vais retourner travailler moi, je crois…( et puis dans le genre des patelins aux noms étranges, il y a Profondeville, et Fosses la Ville aussi…)

    Mais je confirme, ici, l’hiver, c’est l’hiver. -6° ce matin, et c’est plus doux qu’ hier..

Laisser un commentaire