Y.U.M.M.Y.

12h15. Je me réveille après 12h de sommeil, ce qui est rare. J’ouvre un oeil. Le soleil semble filtrer à travers les volets. Rien de tel qu’une belle luminosité pour me motiver. Je saute hors du lit. Je suis de bonne humeur après une soirée maussade. Il fait beau ! La vie me sourit ! Le monde m’attend !

Je me douche, me coiffe (ou plutôt, me coiffe), déjeune, file jusqu’au métro. Je dois retrouver Papatte, on doit faire les soldes et lui trouver une nouvelle monture de lunettes, il fait froid et sec et le soleil brille, j’ai le coeur en fête et envie de sourire aux petites vieilles et aux garçons. Pas de nouvelles de Papatte qui, je l’apprends un peu plus tard, moves son body à la gym.

Je ne sais pas où je vais, mais j’y vais.

En chemin, coup de fil. Malo et Nico ! de passage sur Paris ; parenthèse shopping et théâtre dans leur exil yvelinois. « Vous êtes où ? » « A Montparnasse. »« Ah ! mon métro arrive juste à Montparnasse, bougez pas, je descends ! »

Retrouvailles. Rigolades. Devant des santiags. Autour d’un verre. Puis aux Galeries Farfouillette, devant le manteau de mes rêves Tara Jarmon, en poils de lapin, imprimé panthère (oui, oui, triple oui, je veux un manteau comme ça, HiHi !) (1500€ tout de même), puis les vestes en poils de caniche (… ou pire…)

Arrivée de Papatte.

On regarde les bottes et chaussures, les ensembles de lingerie (même Nico, qui se cherche un chouchou Hello Kitty !), on essaie les chapeaux, puis direction la Fnac où l’on croise Ruth Elkrief, qui est en fait toute petite et qui devait en avoir marre que je reste scotchée sur son visage, à me demander c’est elle ou c’est pas elle. On a vu que Dupuy & Berberian allaient passer en Masterclass mercredi, mais à 17h30, je peux pas, personne qui travaille peut à 17h30, qu’est-ce que c’est que cette arnaque ! M’en fous, je le verrai à Angoulême mon cher Charles – Charme – Berberian, dont je suis follement secrètement amoureuse (et tant pis si ni Papatte ni Mimine ne comprennent cet engouement, il est séduisant, vous n’y connaissez rien !)

Dans la rue, après avoir chanté une partie du répertoire de « Starmania » avec Malo, qui c’est-y pas que je croise à un feu rouge ? Mademoiselle Cynthia en vadrouille soldes avec un chevalier servant inconnu au bataillon. Il y a tellement de garçons dans son entourage que je me suis un peu emmêlé les pinceaux, mais bon… Rendez-vous pris pour le week-end prochain.

On a fini la journée à essayer des lunettes pour soutenir Papatte qui a finalement choisi une monture « fun ». J’ai voulu faire ma Catherine Deneuve en essayant des lunettes de soleil Dior, mais bizarrement, ça m’allait beaucoup moins bien qu’à elle. En revanche, j’ai trouvé mes futures montures de lunettes de vue, Dior aussi, noires, rectangulaires, classes, sérieuses.

Dîner dans une charmante petite crêperie et, à 20h20, séparation des troupes : Malo et Nico au théâtre ; Papatte et moi au ciné.

On a vu Le Bon La Brute Le Cinglé, un western coréen (« kimchi western » ?), au scénario quasi inexistant, mais relativement distrayant et agréable à regarder. Pas seulement à cause du soin apporté aux images, ou de l’humour un peu facile, ou des courses-poursuites de chevaux dans la steppe mandchoue (géniales !), mais plutôt à cause des acteurs, tous über sympathiques. Outre le toujours fabuleux Song Kang Ho (JSA, Memories of Murder, The Host etc.), on y voit le sublimissime Lee Byung Hun (JSA, A Bittersweet Life…) qui n’a jamais été aussi beau que dans ce film !!!

Vêtu de noir tel un cow-boy dandy mafieux, balafré, les yeux soulignés de khôl, la mèche rebelle (il va aussi chez Toni & Guy, pas possible ! ^^), il est tout simplement à tomber !

Lee Byung Hun - Vogue Korea

Oui, c’est d’un goût très sûr, mais que voulez-vous, j’aime parfois le kitsch ignoble.

Fin d’une bonne journée, un peu fatigante, mais amusante. On remet ça demain avec Papatte, parce qu’avec tout ça, j’ai pas eu le temps de me chercher mon pantalon ni mes chaussures « de femme » (ah ah ah et là, tout le monde rigole en regardant mes chaussures chats que j’adore néanmoins.) Et puis on doit passer au Théâtre du Rond-Point. On a mille choses prévues, c’est top, je vous raconte tout ça demain, ou pas, chépa, chuis fatiguée, je vous laisse, dodo, bisous !

7 comments / Add your comment below

  1. C’est vrai qu’il dégage une classe phénoménale Lee Byung Hun dans le film, je le connaissais pas d’ailleurs cet acteur. Décidément après le khol sur le Johnny dans Pirates, on dirait que ça réussit plutot bien à la gent masculine (« d’un gout très sûr » purée des barres quand j’ai lu ça hahaha). Sinon j’ai pas trouvé Song Kan Ho sensass comparé à ses précédentes apparitions mais comme tu l’as dit le scénario étant inexistant, le film reposait essentiellement sur la performance des acteurs qui devaient en faire un max. En fait il m’a semblé qu’il en faisait pour le coup beaucoup trop et mal en plus (même si la moitié de la salle était pétée de rire sur la blague du scaphandre assez pipi caca prout prout o_O??), enfin étant sans doute le Depardieu national en corée, on a du le payer pour faire du Song Kan Ho. Mais bon, les 2 étaient quand meme bien meilleurs que Park Do-won avec son visage poupin, assez fadasse dans sa grande carcasse pour ne pas dire énervant, d’ailleurs est ce pour ça que tu n’as pas parlé de lui ^^ ? . Clint en Blondin était bien plus pervers et cynique…

  2. Hermine >> Bud, Bud, Bud, Budapest !!!!!
    *
    Kim >> Assez d’accord pour SKH, qui cabotine un max, mais il est tellement sympathique !! Je ne suis pas très objective ^^
    C’est quoi déjà la blague du scaphandre ???? J’ai même pas tilté !!
    Pour Chang-Yi, « le bon », je dois dire que le personnage était déjà assez fadasse, donc, comme toi, il ne m’a pas laissé grande impression, mais tout de même, je ne l’ai pas trouvé si laid… En même temps, les costumes – son grand imper et son chapeau – faisaient beaucoup dans le charme et la classe des personnages (aaahhh, la tenue noire et près du corps de LBH !!!)
    Quant à Clint en Blondin, j’avoue que je m’en souviens assez mal, le western (même spaghetti) étant un genre dans lequel je suis une pure poubelle ! (En revanche, j’adore Ennio Morricone…)
    (NB : j’ai TOUJOURS aimé les hommes qui se maquillent les yeux – pas tous, certes*, mais en général, c’est hyper troublant… Oh, je sais, j’ai des goûts bizarres, mais je les assume !) (*Johnny Hallyday le fait, mais il est trop âgé, ça fait vieux travelo péroxydé sur le retour…)

  3. Haha Chang-Yi est loin d’etre laid juste un peu terne ^^, d’ailleurs ils l’ont choisi pour interpreter Nicky Larson à l’écran. C’est vrai qu’avec son mètre 90 il met un peu tout le monde à à l’amende dans son imper. Sinon la méga blague du scaphandre tournait autour d’un plan où SKH muni d’un casque de scaphandre laissait rebondir les balles ennemis sur sa tête. Enfin rien d’inoubliable sauf pour la salle où j’étais qui a failli exploser sur le coup…
    Hahaha pour johnny, notre loup national au regard de braise qui a les yeux de plus en plus bridés après maintes charcutages…
    Yeah cool pour demain!!! Bonjour à Papatte!!! J’attendrai au sommet du mini escalator qui part du starbucks pour arriver au ciné. Etant libre en soirée comme un fonctionnaire :p, je vous laisse le soin de choisir l’horaire qui vous va ^^ (je crois que tu as mon email nemo en blabla_blabla@yahoo.fr). Mais qui est « Ami »? huhuhu…

  4. Kim, je te maile demain, a priori, ça devrait être la deuxième séance du soir, vers 22h, mais j’attends de voir les horaires.
    Il y aura Papatte et un ami à elle.
    J’espère que le film ne dévoilera pas trop le manga au-delà des tomes que j’ai déjà lus ! Argh !
    A domani ? 🙂
    PS : no comment pour les yeux bridés de Johnny, moi, il me fait peur *_*

Laisser un commentaire