Wooouuhhh c’est la fête du slaïp

Wahou. Je suis crevée moi.

J’ai passé un week-end tout pourri de merde, malade au fond de mon lit, à faire une diète forcée qui ne m’a fait perdre aucun kilo (ç’eût été trop beau, hein, saloperie de vie !)… Heureusement, j’ai quand même vu (un peu) Mr. A. qui a été malade en même temps que moi – hyper synchro ! – et avec qui j’ai vu le film Passe Passe de Tonie Marshall, tellement oubliable que je l’ai déjà oublié (de toute façon, Edouard Baer, je peux pas le blairer et Nathalie Baye est de plus en plus tirée) et pis aussi Manu, alias Manolo, alias Manolito, cinq minutes, qui a urbainement contribué à mon travail professionnel en me fournissant un article sur le marketing politique pour mon boss qui passait à la radio lundi matin (sur BFM, comment ça, vous ne l’avez pas entendu !!!) et qui m’a fait rire aux larmes en m’offrant un cadeau formidable : de la pâte à prout (on n’imagine pas la variété infinie et châtoyante de prouts que peut produire cette pâte !) (Ouf cette phrase est enfin finie.) Surtout que « prout » est l’une de mes onomatopées préférées. Cela a un peu égayé mon week-end.

Après avoir dormi comme un loir durant quasiment deux jours, je me suis réveillée à peu près fraîche et dispose le dimanche soir vers 20h ; du coup, j’ai passé ma nuit à jouer à des conneries sur Facebook (au secours, sortez-moi de làààààà !!!), notamment à des jeux fabuleux qui m’ont démontré une bonne fois pour toutes que j’ai un cerveau de poulpe, un sens logique de moule, une mémoire visuelle de taupe, une vivacité d’esprit d’escargot, bref, comme me l’a dit le test, il « me manque un lien » quelque part. Hyper vexée par ce jeu en flash débile, j’ai rejoué jusqu’à obtenir le cerveau d’un « genius », malheureusement loin derrière tous mes amis inscrits à ce jeu qui, eux, ont tous un cerveau « d’alien ». M’en fous, je vais m’acheter le jeu de l’entraînement cérébral Dr Kawashima et vous allez voir comment je vais tous vous niquer écraser, ah ah ah ! Donc après avoir passé une bonne partie de la nuit de dimanche là-dessus (à moins que ça ne soit hier, je sais plus) (ou les deux *_*), je me suis couchée à 2-3h du matin pour commencer quelques heures plus tard une journée pleine d’entrain et de dynamisme au boulot.

Dans la journée de lundi, hop-là, copine Baz, qui travaille au Théâtre de la Ville, m’envoie un mail : « Ca te dit d’aller voir avec Mr. A. la générale de Sidi Larbi Cherkaoui ce soir au Théâtre des Abbesses ? »

Comment ça quoi qu’est-ce ? C’est qui ce Zarbi Mechoui ? Moi je ne dis jamais non à un pestacle gratuit, d’autant plus que la danse, c’est mon dada (en fait, non, mais bon, j’aime bien quand même) depuis mon stage à la Biennale de la Danse de Lyon que j’avais, soit dit en passant, torridement a-do-ré (et je pèse mes mots) (Guy Darmet est mon idole.) Donc le soir, on court on court au Théâtre des Abbesses. « Origine« , le pestacle il s’appelle. C’est magnifique. J’ai pas tout tout compris (la danse, c’est hyper conceptu-sensuel, c’est compliqué à décrypter) mais qu’est-ce que j’ai aimé ! Une vraie expérience sensitive et sensorielle : la musique, d’abord, mélange de chants (les deux voix féminines étaient à couper le souffle) aux sonorités arabes, andalouses, médiévales (?) voire celtes (?) m’a subjuguée. Et ensuite ce dialogue entre musique et danse, malgré 2-3 tableaux à plusieurs qui ne m’ont pas semblé hyper synchros (je critique alors que je n’y connais rien, hein), était magnifique. Plein d’idées, de trouvailles, d’inventivité, mais aussi d’humour, de violence… avec un danseur asiatique impressionnant, capable d’évoquer un pull à capuche, un fauteuil ou un aspirateur (!) Toute cette partie avec cette femme et cet homme qui se transforme en divers objets du quotidien, juste par la gestuelle, était d’une poésie à couper le souffle. Impossible à décrire, mais juste pour ce passage-là, celui-là particulièrement, je voudrais revoir cette chorégraphie. Je parle très mal de danse, c’est triste, mais c’était… wow… J’ai encore plus aimé que Preljocaj, qui avait été un gros coup de coeur (surtout L’Annonciation)…

(la vidéo ne donne en fait aucune idée de la chouetteté du spectacle !)

Ce soir, après re-une nuit de jeu (3h de dodo avec réveil stressé à l’arrache *____*), une journée bien remplie en Fourniret et un assoupissement en réunion chez notre client Total (hum) (NB : j’ai un ENORME problème : je m’endors lors des réunions, mon cahier est rempli de gribouillis informes indéchiffrables, mais j’ai comme un pilote automatique de sommeil qui m’indique que, lorsque c’est chiant, je peux rattraper mon sommeil de la nuit, ce qui est un peu embêtant face à de gros clients…), hop là, direction Le Point Ephémère (un souper chouette endroit) pour le concert de My Brightest Diamond. Quoi ? Vous ne connaissez pas Shara Worden, la chanteuse de ce groupe, INCROYABLE ?

mbd © 2007 nemo

Bon, pour cette découverte, il faut quand même que je remercie Benj’ qui bosse chez le label qui a distribué en France ce groupe et qui m’avait offert le CD promo à l’époque parmi d’autres (genre Coco Rosie et cie.) Comme il savait que j’aimais bien Tori Amos, PJ Harvey et cie, il m’avait dit : « Tiens, écoute ça. » J’ai écouté, j’ai aimé, je suis allée trois fois la voir en concert et j’ai emmené deux fois chacun Marius et Manolo. Marius est devenu fan aussi et, ce soir, j’ai invité Manolo en remplacement de mon frère qui préférait réviser son concours, le fou. Eh bien on a passé une super soirée. Concert assez « expérimental », je dirais même à la limite du lynchien parfois : c’était l’anniversaire de Shara qui, seule en scène avec son pianiste Charlie O.(leg), avec un chapeau pointu sur la tête, distribuait des côtillons et ballons au public au son d’un orgue Bontempi ! Complètement différent des deux précédents, moins rock (exit basse et batterie), mais mettant d’autant plus en valeur sa voix réellement extraordinaire et son aptitude dégueulasse à jouer de la guitare et du ukulélé. Totalement déjantée et géniale, drôle et ne se prenant pas au sérieux, elle nous a gratifié d’une reprise incroyable de « When doves cry » de Prince surpassant carrément l’original. Ce qui est drôle, c’est que deux chansons plus tôt, je pensais justement à Prince, va savoir pourquoi, en l’écoutant (d’ailleurs, aujourd’hui, j’ai eu toute la journée en tête « Let the Sunshine » au boulot, à tel point que je l’ai mis en fond sonore et dans le métro, un mec passe et siffle… « Let the Sunshine » !!! *____*) (je vais bientôt mourir !)

Un concert vraiment extra, formidouble, fantastisch, de toute façon, je suis fan ! En plus avec Manolo, la classe internationale quoi. J’ai croisé Benj’ à la sortie, cinq minutes chrono. Funny.

Le pire c’est que ça pourrait s’arrêter là MAIS NON ! J’ai pas les yeux en face des trous, j’accumule le retard de dodo mais cette semaine est folle. Demain soir, adieu Nouvelle Star. Entre Cédric et James Thierree, désolée, mais je choisis James. James, o James ! Peu de monde le connaît mais moi si, nananananère. Enfin, pas personnellement, ça serait miraculeux, mais depuis que je l’ai découvert dans cet obscur petit film « Ce que mes yeux ont vu« , je rêvais de le voir dans l’un de ses spectacles qui ont l’air sublime (dont l’un a raflé 4 Molière.) Rêve assouvi grâce à Bazou, une fois de plus, qui m’envoie aujourd’hui un message – violent le message : « Urgent, deux places bien placées pour le spectacle de James Thierree, ça vous dit ? Vite ! » Là, j’ai sauté sur ma chaise, mon ordi et mon téléphone et je lui ai envoyé au moins trois messages : « JE SUIS AMOUREUSE DE JAMES !! » Donc voilà. Mercredi, c’est James Thierree. Vous me raconterez la Nouvelle Star, je compte sur vous ^^

(Cela n’a-t-il pas l’air magique ???!!!)

Quoi d’autre ? Jeudi soir, je vois Môman et Pôpa avant leur départ en Turquie (y’en a quand même qui s’en font pas !) avec Djé et l’une de mes cousines, qui vient ensuite squatter pour la nuit dans mon tout sale chez moi. Et vendredi soir, y’a pas sport car c’est les vacances – évidemment – donc je dîne avec Célia, une copine de Sephonnaud. Et dimanche, c’est l’anniversaire de Mademoiselle Thia (Joyeux anniversaire la grande, c’est aujourd’hui le 23 !!!)

Semaine de guedin comme dirait une djeun’s !

Bon, je fous rien samedi. Des idées ?

3 comments / Add your comment below

  1. Bon, ma grande, j’ai vu la fin de la nouvelle Star, bof: il te suffira de regarder juste la dernière heure samedi, et en + de mettre « avance rapide » sur la Cindy machin, invitée (???), nulle et kitsch comme ça devrait être interdit 🙁 . Bon, j’espère que mercredi prochain on aura mieux à se mettre sous la dent!

    Super les deux jours chez Clément, en plus, il a fait très beau! Ca m’ a lavé la tête, on en reparle.

    Ah, et puis James Thierrée, petit fils et avatar de Chaplin: je ne l’ai jamais vu encore sur scène, mais ça m’interesse!! Si tu y retournes, je t’accompagnerais bien! 🙂

  2. OH OUI OH OUI OH OUI (voir critique plus haut) – sauf que le spectacle se joue à guichet fermé jusqu’à fin mai et que j’ai eu une chance incroyable d’avoir ces deux places (HYPER bien placées en plus, écoeurant ! ^^) Mais j’ai commencé à harceler Baz.

Laisser un commentaire