Dehors

Palais-Royal © 2007 nemo

Jeudi soir, c’était soirée « Gastronomic Kampuchea ».

Papa m’avait envoyé un mail de 12 mots pour me vanter les mérites culinaires d’un restau cambodgien « génial pas cher excellent près de chez toi, mais il faut réserver » quelques jours auparavant ; je me suis dit que ce serait un bon endroit à tester avec Mimine qui passait encore par la case maison jeudi, avant de s’envoler le lendemain pour Barcelona (rappelons que le mois précédent, elle passait chez moi avant d’aller couler une douce et ensoleillée semaine à Malte, la cochonne.)

Nous en avons profité pour convier Papatte.

Eh bien, je confirme, voilà une très bonne adresse. Cadre chaleureux, décoré avec goût (en dépit d’une peinture bizarre pleine de gros doigts effrayants), accueil convivial, ambiance sympathique (apparemment, c’est toujours bondé), plats appétissants, carte diversifiée et attrayante, tout y est agréable. Après avoir hésité sur moults plats, nous avons pris deux « grandes assiettes ‘découverte’ pour deux personnes » (entrées), dont l’une avec des fruits de mer, accompagnées d’un petit Gamay tout simple mais gouleyant et nous avons passé notre soirée à nous extasier sur la finesse des mets (aaahh, cette sauce miellée à l’abricot !) Afin de pouvoir tout goûter, nous avons partagé chaque chose le plus également possible – on est communiste ou on ne l’est pas. Ce n’est pas forcément pratique lorsqu’on est plus de deux et ces assiettes n’existent malheureusement pas pour une personne – mais elle peuvent convenir comme plat simple. Nous avons ensuite tergiversé un bon moment sur la salade à la fleur de bananier ou un dessert individuel et avons finalement opté pour cette solution : un flan au taro (une sorte de patate douce) pour Papatte, délicieux et léger, une mangue sur riz gluant recouverte de lait de coco pour moi (bien mais sans plus, la mangue n’étant pas extraordinaire) et banane à la noix de coco pour Mimine (basique.)

Pour les petits porte-monnaies, il est donc plus intéressant de venir en nombre pair pour bénéficier des plats ‘découverte’ pour deux, sinon, à la carte, c’est un peu plus cher. Personnellement, j’ai regretté qu’il n’y ait pas un menu « petite bourse » : le menu Pol Pot, par exemple, à base de racines et de vers de terre (le genre de blague qui fait moyennement rire Mimine, la pauvre, qui m’a dit qu’on avait de la chance que j’aie une tête d’asiatique, sinon, on se serait fait virer manu militari avec mes blagues pourrites sur les Cambodgiens ^___^) Cela dit, ce n’est pas excessif (compter entre 15 et 30€ environ par personne) et c’est vraiment succulent. Une excellente soirée gastronomique, donc.

MONDOL KIRI
159 avenue de Choisy
Tel : 01.53.79.75.96 (fermé le lundi)

La prochaine fois j’y emmène Mr. A. Et pourquoi pas Cuauhtli, si elle veut tenter (je dois toujours te remercier de m’avoir aidée à porter mon piano !!)

Mondol Kiri

Ce week-end, je me suis baladée en solitaire dans Paris.

Hier, après m’être paumée autour de chez moi en cherchant une librairie musicale dont j’avais oublié et le nom et l’adresse, je suis allée faire un tour chez Falado, une autre petite libraire musicale, toute mignonne (il faut juste repérer la devanture bleue dans la micro rue Léopold Robert, que j’ai parcourue deux fois avant de la voir !) que j’ai dévalisée en partitions de piano. Je suis repartie avec des paretoches de classique pour « amateurs avancés » (Erik Satie – ma nouvelle idole du moment – et du baroque transcrit pour piano – sur les bons conseils du monsieur) et de variété (les recueils de Starmania et Michel Polnareff) et je m’en vois VRAIMENT pour déchiffrer tout ça. Question rythme, c’est la catastrophe. Dire que je me suis mangé 7 ans de solfège pour tout oublier au final… Bref, c’est quand même pas demain qu’on pourra faire des soirées chansonnette, je vous le dis tout de suite. Et ce n’est pas avec le peu de temps que j’ai pour pratiquer que je vais progresser vite… 🙁

Aujourd’hui, je suis partie à la découverte de mon quartier, le quartier « chnow », que je ne connaissais pas du tout, n’ayant jamais osé dépasser la Place d’Italie (moi, les Chinois, je m’en méfie !) Maman m’avait dit que c’était rigolo, ça m’a motivée, d’autant plus que j’ai vraiment envie de partir en Asie un de ces quatre (bah oui, quand même…) Je ne suis pas sûre d’être allée au bon endroit car, en fait, je n’ai pas vu grand chose en dehors de 2-3 restaus asiat’. Maman m’avait parlé d’un temple, j’ai eu beau marcher 1h30 entre Place d’It et Porte de Choisy, je pense que je me suis gourée.

J’ai pu néanmoins voir « Notre Dame de Chine » :

Notre Dame de Chine

Ainsi qu’un McDo relooké au style asiatique :

McDo chinois

Des barres d’immeubles bizarres :

Dégradé

De la pub pour des candidats locaux très locaux (spéciale dédicace à Valentin qui avait tripé sur ce brave Félix) (un nom très chinois, comme on peut le constater ^^) :

Félix Wouhou

Une ambiance « cerisiers japonais » :

Cerisiers

Ensuite, je suis allée du côté du Palais Royal…

Petit Ours Brun était perdu :

Petit ours brun

Deux mariés cherchaient à faire des photos en évitant la pluie et la boue :

Mariage

Et puis toujours ce calme paisible :

Palais Royal

Galerie Vivienne, je me suis un peu réchauffée :

Autoportrait

Devant la Bourse :

Bourse

Voilà, c’était un week-end très « outdoors » pour une fois. Prendre l’air m’a fait un bien fou, même si c’est encore et toujours dans Paris (moi aussi j’aurais voulu aller à Barcelone *_*)

Mais bon, malgré tout, j’aime Paris !

9 comments / Add your comment below

  1. Valentin >> Oh bah tu sais, je flippe toujours un peu quand je photographie des gosses… De là à ce que leurs parents me prennent pour Monique Olivier… o_O’

  2. De belles photos, Nemito! j’adore d’ailleurs les balades « à thème » dans Paris: le Paris mexicain, le Paris russe (le plus facile et le plus impressionnant), le Paris du cinéma, celui de la litterature-jeunesse années 50, etc.

    Dans le 13ème, il te reste encore qqs secret à découvrir, même asiatiques!… Il y a 20 ans, je l’avais quadrillé, munie du Guide du routard de l’époque, sur le thème « Leo Malet ». A l’époque, le pont de Tolbiac (oui, celui du Brouillard…), existait encore. Tout comme la frissonnante rue Watt (l’a-ton supprimée aujourd’hui? A vérifier). Nostalgie…

    Sinon, oui, j’adorerais découvrir avec toi ce resto cambodgien: on en reparle!

  3. Ah tiens, je savais pas qu’il y avait un resto cambodgien dans ce coin!
    Par contre, je trouve que les caractères chinois sur la devanture sont un peu mal venus. Ou du moins l’absence de caractères cambodgiens.

    Je doute cependant qu’on y trouve les mets les plus spécifiques de la cuisine cambodgienne, difficilement accessibles au commun des mortels 🙂

    Bien vu pour le menu Pol Pot lol ^^ Une touche d’humour décalé c’est toujours rigolo hihihi

  4. Cuauh >> Moi aussi j’aime les balades à thèmes, ma préférée (que j’ai suivie dans un Guide du Routard), c’est le « Paris des passages secrets », qui part de Château d’eau et traverse plein de galeries diverses et variées jusque dans le centre, les plus rigolotes étant celles dans le quartier indien. J’ai fait cette promenade au moins 4 ou 5 fois, avec Nico, Benj’, mon frérot, ma môman ou seule… On y voit la plus petite maison de Paris, la plus petite rue aussi… Il y a également un petit passage glauque génial dans le quartier des prostiputes qui fait trop peur, surtout la nuit quand il pleut (on avait un peu flippé avec Benj’). Et puis il y a un magasin de musique indienne super dans lequel je m’arrête à chaque fois et où le type me reconnaît, avec des CD Bollywood trop pas chers (genre 4,50€ la galette.)
    On a fait aussi le Paris criminel avec Nico, avec une anecdote sordide d’un barbier et d’un boucher vers les Halles qui s’étaient associés pour faire du pâté d’humains (les clients du premier tombaient par une trappe secrète et finissaient dans la machine à saucisse du deuxième, yuurrrggll !!!)
    Le quartier chinois, je pense que je suis passée complètement à côté car je n’ai rien vu d’extraordinaire. Evidemment, ce n’est pas le Chinatown de NYC, mais quand même, si ce n’est que ce que j’ai vu, c’est nul 🙂
    A suivre pour le restau cambodgien… Peut-être avec Manolo ? (ou pas) En tout cas, j’ai trop envie d’y retourner !!!

    Micky >> J’avais pas vu les caractères chinois-pas-cambodgiens !!! Je ferai la remarque !!! Tu es d’origine cambodgien, toi ?? (Note : les Cambodgiens et les Vietnamiens, à mon avis, sont les plus beaux des asiatiques en général !!!) Qu’est-ce qu’on mange au Cambodge ? Parce que ce restau m’a trop donné envie de partir là-bas (en plus, j’ai toujours rêvé de visiter des temples khmers enfouis dans les lianes et la luxuriante végétation, même s’il y a pas mal de trucs qu’on peut voir au Musée Guimet, par exemple… – sans les lianes, bien sûr…)

  5. Ouais, j’suis 100% Cambodgien! Enfin en théorie, parceque j’ai aucune info sur mon père.
    J’suis né là bas même 🙂 Ma mère a connu le régime de Pol Pot, et s’est enfuie en me portant à bout de bras à travers la jungle pour venir trouver refuge ici en France (tout en évitant de sauter sur une mine). Je connais pas tous les détails, et on n’en a jamais reparlé – à part quelques allusions – depuis que j’avais 5 ou 6 ans. Pas mal de membres de ma famille ont été exécutés, mais la plupart est ici en France.

    Heu la cuisine cambodgienne est assez spéciale. Y’a des influences indiennes, chinoises, et vietnamiennes aussi. On consomme pas mal de feuilles (comme les tortues) et de poisson sous toutes ses formes. L’ingrédient le plus spécifique est le prahoc, qui est grosso modo du poisson fermenté assaisonné. Il en existe des dizaines de variétés différentes et est utilisé dans la préparation de nombreux plats. Il peut aussi être consommé tel quel, avec divers accompagnements, la plupart du temps des feuilles (encore) et de la poitrine de porc bouillie. C’est assez fort généralement, introuvable en commerce, et donc quasi inaccessible à moins d’être invité à manger chez une famille cambodgienne. Ca reste un produit assez luxueux quand même, puisque ça demande énormément de préparation.
    Bon et puis du riz, toujours.

    J’ai toujours pensé qu’il devraient créer une ambiance « Lianes » au musée Guimet :p
    Si t’as la chance d’y aller un jour, j’espère que tu nous feras de belles photos 🙂 Y’a une lumière assez particulière qui rend les lieux aussi mystique que mélancolique.

  6. Mimine >> C’est vrai, on n’en a jamais fait !

    Micky >> Je réponds enfin à ton com que j’avais loupé.
    A l’IEP, j’avais une matière anglophone qui s’appelait « Democratic Kampuchea » (même que j’avais eu 17/20 à mon dossier de fin d’année sur cette période de l’histoire de ton pay d’origine, dont j’ai tout oublié évidemment !) et j’avais dû lire (en français) un bouquin de Malay Phcar (je dis le nom de tête) « Trois frères » – qui n’était en rien le synopsis du film homonyme des Inconnus ^^ J’en avais pleuré et cauchemardé, tellement c’était épouvantable. Du coup, je n’ai jamais pu regarder le film de Rithy Panh « S21 ».
    Après avoir vécu un tel traumatisme, comment s’en remettre totalement ? Tu n’as jamais essayé d’en parler avec ta mère ?
    (NB : moi non plus je ne suis pas née en France, HuHu.)

    Je suis retournée au Mondol Kiri une semaine plus tard et j’ai été un peu déçue par le plat que j’ai pris, une salade de fleur de bananier dont 50% était composés… d’oignon et d’échalote (bonjour l’haleine). J’ai failli vomir et le peu que j’ai mangé m’est resté sur l’estomac toute la nuit. Globalement, je ne suis quand même pas fana de la cuisine asiatique, je crois (pas habituée !)

    Tu es retourné au Cambodge finalement ?

  7. Nan j’y suis jamais retourné, mais un jour peut être; ça fait toujours un peu mal au coeur de savoir la corruption qui gangrène un Pays en mal de reconstruction.

    Je connais bien Malay Phcar et ses deux frères pour la simple raison que ce sont des oncles proches. Son frère est le mari de la soeur ainée de ma mère.

    Généralement oui dans les restos pour des raisons d’économie ils blindent souvent les plats d’artifices qui dévalorisent l’ingrédient principal, mais j’te ferai une vraie salade à la fleur de bananier un jour 🙂

Laisser un commentaire