Harry Potter and the Order of the Phoenix

De David Yates

P’tain, j’ai loupé deux épisodes de Harry Potter et je m’en suis arrêtée au tome 2 de ses aventures ! Tu crois que je vais pouvoir suivre l’histoire ? Oui ? On peut voir les épisodes séparément quand même ? Bon, alors OK, allons-y.

Tiens, il a déjà tellement grandi le petit Daniel Radcliffe ? C’est dingue. Il a une tête ingrate d’ailleurs. Difficile, l’adolescence. Bizarre qu’il fasse se pâmer tant d’adolescentes. Ca doit être le personnage d’Harry, en fait, qui lui donne ce sex appeal. Parce qu’il ressemble objectivement à n’importe quel binoclard premier de la classe.

Et c’est qui ce gros type moche ? Ah oui, c’est son cousin, je m’en souviens. Eh bah dis donc, ça va être gai de se demander durant tout le film qui sont les personnages…

Ah, pas mal l’idée de l’immeuble qui s’étire. Très poétique !

Bon, alors là, je suis complètement larguée. Sirius Black, c’est Gary Oldman ; Gary Oldman, c’est le prisonnier d’Azkaban d’un précédent épisode ; mais c’est quoi Azkaban ?

Ah, voilà les fameux Ron et Hermione. Ron ne s’est pas non plus arrangé avec le temps, qu’est-ce qu’il est laid, le pauvre. Est-il toujours aussi grimaçant que dans mon souvenir ?

C’est qui Cédric ? Ayé, je suis paumée.

Ouf, je reconnais Emma Thompson. Imelda Staunton est une bonne actrice, son personnage est vraiment réussi. Les effets spéciaux sont agréables. En revanche, ce géant benêt caché dans la forêt est très moche. Peut-être qu’il réapparaît dans un épisode suivant, mais là, il ne sert à rien.

Bon… C’est mignon tout ça, mais il ne se passe pas grand chose. Ce serait drôle que Harry soit gay et finisse avec Ron.

L’affrontement entre Harry et Voldemort ! Eh bien, on reconnaît tout de même les beaux yeux de Ralph Fiennes sous le maquillage. Je m’attendais à plus de violence. C’est rapide, comme combat. Et le vieux Dumbledore n’est toujours pas mort ? Flûte.

Ah c’est fini. A part un bisou (entre Harry et la fille asiatique) et une bagarre rapidement menée (avec apparition d’une Helena Bonham Carter édentée et un peu pathétique), l’action a été réduite au minimum. C’est distrayant, mais bon…

Eh bien ce n’est encore pas ce soir que je serai fan de Harry Poppers. Oups, pardon, Harry PoTTer.

*

Voilà en gros ce qu’a pensé une inculte en Harry Potter durant tout le film. Dur dur d’être une Moldue !

5 comments / Add your comment below

  1. Bon, après avoir lu ce CR du 5 ème (ou 4ème) film, et ton précédent message sur la sortie du 7ème livre, rétablissons « la vérité » 😀

    D’abord, je précise que, contrairement à la Schtroumpfette, moi aussi, je DETESTE tout ce qui est littérature fantastique, héroic fantasy etc. Tolkien, par ex, m’est toujours tombé des mains… Pourtant, j’aime beaucoup Harry Potter, mais justement parce que là tous les codes y sont savamment pervertis…

    D’abord, nemo, OUBLIE LES FILMS. Perso, j’ai cessé d’aller les voir après le 3ème (le moins mauvais, en + réalisé par le mexicain Alfonso Cuaron, on ne se refait pas ;-D), car ils sont formatés pour un public enfantin, c’est à dire basiques, sommaires et niais. Comme les acteurs. Du coup, il ne reste plus qu’une trame narrative sans grand interêt, limitée aux péripéties + qqs effets spéciaux.

    Bien différents sont les romans éponymes. Si le premier était un peu laborieux au démarrage, jouant simplement de la connivence supposée du lecteur avec la littérature de jeunesse (ou pas) anglo-saxonne (bonjour Dickens et même les soeurs Bronte!), et encore destiné à des très jeunes, le projet de JK Rowlings a pris de l’ampleur au fur et à mesure qu’elle créait une véritable société qui s’est complexifiée progressivement, au point que les derniers volumes me semblent vraiment illisibles par des enfants (qui, je parle d’expérience, « zappent » en fait vaguement d’un chapitre à l’autre, quand ils prétendent les lire passionnément)

    Pour nous, oublions la sorcellerie et ses effets, même si en effet il y a beaucoup d’humour -mais aussi pas mal de distance- dans leur traitement. Ce que JK Rowlings a surtout réussi, nemo, me semble la progression psychologique assez fine des héros dans une quête qui se raccroche à tous les grands mythes, et surtout la mise en place de deux sociétés parallèles et interactives qui sont toutes les deux très incarnées. Car la dame a du talent! Imagination, humour, vivacité, certes, mais aussi un don d’écrivain indéniable (ajoutons que c’est très bien traduit en français par JF Ménard).

    En lisant ton expérience et tes interrogations, je n’hésite pas à penser qu’en fait, tu ne CONNAIS PAS réellement Harry Potter. Pas grave, d’autant que maintenant ça se termine :-). D’ailleurs, le pseudo-mystère de la mort de Harry ou d’autres personnages m’est assez indifférent, car il y a longtemps que l’anecdote me semble très secondaire par rapport au projet d’ensemble: après tout, qund tu lis Madame Bovary, ou que tu vas au ciné voir Sueurs froides, tu sais déja comment ça se termine, non? et ça ne t’empêche pas d’y prendre du plaisir. Idem pour moi (toutes proportions gardées, évidemment)

  2. Cuauh >> Moui, tu as raison, je vais peut-être y jeter un oeil maintenant que le buzz HP est passé… L’autre soir, en feuilletant mon premier volume, je me suis justement demandé comment JKR était passée d’un livre « pour enfants » à des récents pavés de plus de 500 pages. Sa saga a effectivement pris un autre tournant.
    Moi j’aurais aimé que Harry finisse avec Rogue (Alaaaaaaaan !!) mais ce n’est visiblement pas le cas 😉 😉 😉
    Merci Schtroumpfette pour les spoilers sur ma boîte perso, ça me donne presque envie de tout lire (je vais demander à Thia de me faire des fiches résumé, HuHu…)

    PS : moi aussi, contrairement à la Schtroumpfette, je n’ai JAMAIS réussi à lire « Le Seigneur des Anneaux ». En 5e, notre prof nous avait fait étudier « Bilbo le Hobbit », j’en avais pleuré d’horreur et la couverture de mon livre de poche (qui a atterri chez mon frère, qui adore Tolkien) porte encore les traces de mes lectures rageuses (gribouillis au stylo bille au dos du bouquin, couverture froissée…) 🙂

  3. Il me semble que les fans ont plutôt bien aimé le dernier Opus au cinéma, car justement, plus sombre que les précédents. Mais bon ça reste assez édulcoré, la bataille finale au ministère de la magie étant, dans le bouquin, assez saignant.

  4. Nemo, pour le Seigneur des Anneaux c’est normal je crois le bouquin est nul à chier. Depuis qu’une copine m’a raconté à quel point elle s’est fait chier comme un rat mort à le lire, ça m’en a dégoutté. C’est plein de descriptions, genre comment les hobbits cultivent leurs patates et leurs carottes et tout, bref, que du lourd, et assez peu de magie finalement.

    Je préfère qd même ce qui a été fait après Tolkien.

  5. Hi hi hi …très drôle ton rendu compte sur le dernier films d’HP …Même si je suis une vraie fan de HP, j’ai adoré ton post ! J’ai moyennement aimé ce film …sans doute déjà parce que j’ai moyennement aimé le livre aussi ! Il ne s’y passait pas grand chose …juste un livre de transition ! Et c’est vrai pour suivre le film, il fallait avoir lu sinon tu ne pouvais pas comprendre les différentes coupures etc…

    Je suis venue (je ne sais pas comment …)…j’ai lu et je reviendrai ! Un blog fort sympathique !

    Amicalement.

Laisser un commentaire