Polnareff, le retour de la vengeance

© 2007 nemo

Quelques mois après le concert du 9 mars, Mr. A. et moi étions aujourd’hui à nouveau présents à Bercy pour applaudir Michel Polnareff, en compagnie de Thia et l’une de ses copines – qui remplaçait la pauvre Mimine. Mr. A. travaillant jusqu’à 18h, il est arrivé au moment où le concert commençait et nous sommes entrés dans Bercy au milieu de la première chanson. J’ai cru que j’allais être de mauvais poil, mais la musique adoucissant les moeurs, l’ambiance du concert m’a immédiatement happée. Par chance, nous avons pu facilement retrouver les filles, déjà dans la fosse. Fosse calme et bon enfant où nous n’étions pas, pour une fois, serrés comme des harengs.

Entre Marilyn mardi et Michel ce soir, le grand écart stylistique 😀 Après le rock bourru et bourrin, la chanson française dans toute sa mélodieuse splendeur. Polnareff n’a pas perdu sa voix, malgré les années… même s’il triche un peu en laissant le public chanter les parties les plus aiguës sur « Lettre à France » ou « Goodbye Marylou » 😉 Et surtout, il joue divinement bien du piano ♥♥♥

Le concert, bien huilé, s’est déroulé sans anicroche, dans une très jolie scénographie et, entre deux bafouillements pleins d’humour, le chanteur nous a servi la plupart de ses grands tubes, d’un timbre clair et presque plus assuré qu’en mars dernier : « Je suis un homme », « La poupée qui fait non », « L’amour avec toi », « Tam-Tam », « L’homme qui pleurait des larmes de verre », « Qui a tué grand-maman ? », « Lettre à France », « Love me, please love me », « Le bal des Laze » (dans une étrange version néo-heavy metal, HuHu), « Holidays », « Je t’aime », « Tout pour ma chérie », etc. avec en premier rappel un karaoké géant sur « On ira tous au Paradis », dans un tourbillon de confettis en forme de lunettes et, en second rappel, une chanson que je ne connais pas, dans laquelle Michel rêve d’un monde sans guerre blah blah blah (léger changement de setlist par rapport à mars car on a eu cette chanson à la place de « Je cherche un job », il me semble…) Tout cela durant deux heures, passées à la vitesse de la lumière, au milieu d’un public très calme (« vieux et mou », dixit Mr. A.) qui chantait en choeur tous ces tubes légendaires. Avec en point d’orgue et final, la venue sur scène de Pascal Nègre himself (timidement sifflé / hué par une petite partie de la foule, avant d’être sobrement « défendu » par Polnareff), venu remettre au chanteur deux disques de précieux métal pour ses ventes d’albums…

Comme la première fois, j’ai adoré ! Comment ça, je suis bon public !!!??? De toute façon, j’adore les concerts, c’est pas difficile. Et comme pour les films ou les livres, voir et revoir le même concert n’est certainement pas un problème pour moi : ce que j’aime ne sent jamais le réchauffé !! Plus encore quand je partage ce moment avec des personnes que j’aime. C’est au contraire un plaisir renouvelé – qui débouche souvent après sur une période de grosse déprime post-concert, mais bon…

© 2007 nemo

Le mois prochain, c’est Joan pour qui je vais frémir et dont je vais (re)tomber « amoureuse » (car je tombe amoureuse de tous les chanteurs que je vois en concert, qu’ils soient hommes ou femmes, beaux ou moches, maigres ou bedonnants… c’est la magie de la Musique !!! 🙂 ) J’ai hâte !

En tout cas, cela m’a permis de ne pas penser aux catastrophiques législatives qui me donnent une furieuse envie de gueuler contre les Français neuneus qui votent massivement aux présidentielles et sont incapables de se bouger quelques semaines plus tard. Aucune surprise, les jeux sont faits, nous allons nous manger du 100% Sarko pendant cinq ans, voire pire, mais je suis quand même dépitée par la stratégie de Bayrou.

A part ça, je vous ai déjà dit que je vis dans un quartier formidable ? Et dans un appartement formidable ? Et dans un immeuble formidable ?

Mes deux voisins de palier sont super choupis, l’un est un monsieur d’un certain âge d’origine espagnole dont je reparlerai sans doute et l’autre est le frère du propriétaire du café d’en bas… Lorsqu’il me croise, il me propose de venir boire un café, me demande si ma journée s’est bien passée ou m’offre des cerises (comme aujourd’hui.) Il croyait, pour je ne sais quelle raison, que j’étais photographe !!! 😀 En tout cas, les habitants de cet immeuble sont vraiment sympas (il y a aussi une jeune femme sculpteur qui m’avait invitée à son vernissage, auquel je n’avais pas pu aller…)

Et, chose marrante, j’ai depuis quelques semaines un paillasson devant mon palier – qui en était dépourvu depuis mon emménagement -, sans que j’aie rien demandé à personne. Je ne sais pas qui l’a mis là, mais c’est très pratique.

Peut-être est-ce mon voisin qui m’a vue, par son judas, m’essuyer un jour les pieds sur le sien ??? 😀

1 comment / Add your comment below

  1. j’arrive pas à décrocher , j’suis toujours dedans.
    je rapasse les chansons en boucle .
    j’ai l’impression d’avoir fait un saut dans le temps.

    bref le « concert-blues » !! quoi !! !! see u

Laisser un commentaire