Voilà, voilà… Désolée pour la piètre qualité de ce dessin mais je dois partir !!

Fée des Histoires

(NB : et en fait, je suis droitière ^^)

J’en profite pour tagger à mon tour la Schtroumpfette, Cuauhtli, Rom’s, Micky, Orgonon et Belegaer, s’ils en ont envie 🙂

L’autre jour, alors qu’il me faisait part du classement des plus belles stars par les lecteurs (lectrices ?) du très sérieux magazine Closer, mon cher frère m’interpella judicieusement sur le fait que, si les USA pouvaient s’enorgueillir de specimens mâles über sexy tels George Clownesque, Brad Pute, Leo Di Carpaccio et autres Johnny Depp (on a bien notre Johnny, mais bon…), notre belle patrie devait « se contenter » (c’est notre jugement, bien sûr) de Guillaume Canet, Bixente Lizarazu et Patrick Bruel (sic) comme sex-symbols !

Même si je ne suis pas sensible à George, Brad ou Leo, soyons objectifs : Guillaume et Patrick, tout sympathiques qu’il sont, rament à mille coudées derrière. Non ? Nous avons eu beau chercher, impossible de trouver un acteur ou un chanteur français (âgé, au plus, d’une petite quarantaine), qui pourrait égaler le sex appeal des stars sus-citées… Personne. Notre dernier « jeune premier » serait-il donc Alain Delon ??? 🙂

Du coup, j’ai mouillé ma chemise et fait chauffer mes méninges pour tenter d’établir un palmarès des plus beaux acteurs / chanteurs français. Voici le résultat (évidemment tout subjectif) de mes cogitations intellectuelles :

Mon top 6

Oui, j’ai triché, j’ai repris Liza, comme les lecteurs de Closer, car je n’avais plus d’idées… et je n’allais quand même pas mettre M. Pokora !!!!

Auto-verdict : malgré tous mes efforts, ces jeunes gens sont, comme Guillaume Canet ou Patrick Bruel, plus charmants / mignons que vraiment beaux. Et sur six de ces jeunes gens agréables à regarder, quatre sont quand même assez peu connus et n’ont rien de stars, même en France. Nos stars à nous, c’est les valeurs sûres : Gérard Jugnot, Daniel Auteuil, Gérard Depardieu…

Cela signifie-t-il que, au fond, les Français se foutent du physique et préfèrent la beauté intérieure ? 😉 Ou bien que le Français est globalement moche ? 🙂

Dans la foulée, j’en ai profité pour établir mon palmarès international (toujours très subjectif) des hommes que je trouve les plus séduisants actuellement… Si vous n’en connaissez pas certains, vous n’avez qu’à chercher dans Gogol…

Mon top 9

Oui, j’ai mis Marilyn en 9e position, ça peut paraître fou, mais moi, j’aime les hommes qui se maquillent et portent des faux cils… D’ailleurs, ne vous avais-je pas dit que MM était un grand garçon tout ce qu’il y a de plus normal, sous son fond de teint et son rouge à lèvres ?

Marilyn Manson avec et sans maquillage mais toujours avec Dita Von Teese, son ex-femme (2006)

Voilà. C’était un post 100% futilo-grelucho-superficiel pour fêter le début de l’été, les vacances, la plage, le monoï, les bikinis et les torses nus… Le prochain sera soit plein de dessins (si j’ai le temps), soit plein de photos (de Toscane) !

En attendant, je compte sur vous pour « closer-ifier » ce blog et me donner votre top 5 ou 10 (ou plus !!!) des « beaux gosses FRANCAIS » capables de rivaliser avec Josh Hartnett ou Orlando Bloom 🙂 Les critères sont uniquement physiques (peu importe qu’ils aient du talent ou non, après tout, Keanu Reeves et Orlando Bloom sont de piètres acteurs) ; les « vieux beaux » (Richard Berry, Gérard Lanvin et consors etc.) sont tolérés mais du nouveau serait quand même bienvenu. (En revanche, les morts sont totalement interdits : pas de Grégory Lemarchal, merci.)

😀

– sur ce, je sors.

Mika – Relax, Take It Easy

C’est sur la nouvelle musique « d’ouverture » de Sephonnaud que je vous laisse, bande de coquinous… Mais si, vous savez (enfin, si vous passez sur les Champs Elysées le matin vers 9H45-10H), la musique que l’on met hyper fort et sur laquelle nous tapons des mains comme des gogols à l’entrée du magasin, pour accueillir notre bien-aimée clientèle courageusement matinale.

Clientèle que nous nous devons de chouchouter, comme nous le répète chaque jour notre bien-aimé directeur… Quitte à tout lui passer et surtout s’écraser, quand bien même elle est odieuse.

Amen

Que le service client soit de qualité, c’est évidemment la moindre des choses et, en ce qui me concerne, je ne pense pas être avare de sourires ni de bonne volonté, même avec de hautains personnages. Mais qu’on encourage les gens, qui ont déjà tendance à mal se comporter et nous considérer comme des sous-merdes, à se croire légitimement tout permis sous prétexte qu’il y aurait, au fond, « 98% de personnes de bonne foi », là, je suis moins d’accord… Certes, le client est roi, mais lorsqu’il se comporte comme un tyran, il faut savoir lui couper la tête !!!!… Ou du moins le remettre poliment mais fermement à sa place. On n’est pas chez mémé non plus, hein.

D’autant plus que, si notre bien-aimée clientèle est, chez nous, plutôt gâtée, le personnel l’est un peu moins. Récemment, l’un de mes collègues a reçu un blâme (vérification de son sac par un agent de sécurité, convocation par des directeurs, envoi d’une lettre et inscription de son délit dans son dossier – et peut-être surveillance vidéo désormais ?) parce qu’il avait eu l’outrecuidance d’accepter un cadeau supplémentaire de la part d’un animateur après son achat… cadeau bien sûr réservé à notre bien-aimée clientèle*, tandis que nous, employés, avons droit, pour 130€ d’achat, à une miniature…

(* et nos bien-aimés directeurs aussi, paraît-il.)

Je ne peux pas dire que nous soyons maltraités, ça, non. Mais parfois pris pour des cons, oui.

Il y a quand même de gros dysfonctionnements au sein de cette entreprise : emplois du temps fournis à peine une ou deux semaines à l’avance – quand ce n’est pas la veille – (ce qui est illégal !!!!), désorganisation de l’information et carences en communication interne (personne n’a jamais les mêmes infos), stagiaires non rémunérés (pas de ticket restau, pas de remboursement de transports, aucune indemnité alors qu’ils font les mêmes tâches que nous… C’est un tel privilège de bosser chez Sephonnaud ?) qui restent au magasin jusqu’à 21H (apparemment, ça, c’est légal : après la France qui se lève tôt, la France qui se couche tard.)

En ce moment, j’ai l’impression que la plupart de mes collègues (stagiaires inclus) sont démotivés, fatigués, en colère. Il règne une sorte de désenchantement collectif dans le vestaire, en tout cas, celui des filles. Il faut que je me prépare à en voir partir certain(e)s dans les mois à venir…

Enfin bref, je me casse ce soir pour une semaine et ça ne me fait pas peu plaisir.

Tout à l’heure a déjà eu un goût de vacances : j’ai retrouvé un copain colombien rencontré à l’IEP, que je n’avais pas vu depuis au moins cinq ans. Il n’a quasiment pas changé, si ce n’est qu’il a encore plus de cheveux qu’avant. Je suis arrivée au rendez-vous avec une heure et demi de retard, mais bon… Il me connaît.

Nelson

Il est probable qu’il vienne habiter sur Paris dans un an. Cool. Cela nous permettrait de nous revoir avant cinq ans. Il m’a demandé si Mimine était mariée. Apparemment, il la voyait déjà mariée, limite mère de famille. En revanche, moi, non. Bizarre…

Et puis ce soir, je prends le train pour Lyon et demain matin, la route pour l’Italie. La douceur enchanteresse de la Toscane m’attend. AH AH AH !!!

Je penserai à vous lorsque je roulerai, cheveux dans la brise, parmi les collines recouvertes d’oliviers…

Bonne semaine à tous et merci Cuauhtli pour Bali !

Je vous aime tous ! Même Sephonnaud (enfin, surtout de loin) !!! 😀

Pink Floyd – High Hopes

Pink Floyd - Pulse

Le pire, c’est que c’est son DVD 😀

Michel Polnareff – L’homme qui pleurait des larmes de verre

Quelques mois après le concert du 9 mars, Mr. A. et moi étions aujourd’hui à nouveau présents à Bercy pour applaudir Michel Polnareff, en compagnie de Thia et l’une de ses copines – qui remplaçait la pauvre Mimine. Mr. A. travaillant jusqu’à 18h, il est arrivé au moment où le concert commençait et nous sommes entrés dans Bercy au milieu de la première chanson. J’ai cru que j’allais être de mauvais poil, mais la musique adoucissant les moeurs, l’ambiance du concert m’a immédiatement happée. Par chance, nous avons pu facilement retrouver les filles, déjà dans la fosse. Fosse calme et bon enfant où nous n’étions pas, pour une fois, serrés comme des harengs.

Entre Marilyn mardi et Michel ce soir, le grand écart stylistique 😀 Après le rock bourru et bourrin, la chanson française dans toute sa mélodieuse splendeur. Polnareff n’a pas perdu sa voix, malgré les années… même s’il triche un peu en laissant le public chanter les parties les plus aiguës sur « Lettre à France » ou « Goodbye Marylou » 😉 Et surtout, il joue divinement bien du piano

Le concert, bien huilé, s’est déroulé sans anicroche, dans une très jolie scénographie et, entre deux bafouillements pleins d’humour, le chanteur nous a servi la plupart de ses grands tubes, d’un timbre clair et presque plus assuré qu’en mars dernier : « Je suis un homme », « La poupée qui fait non », « L’amour avec toi », « Tam-Tam », « L’homme qui pleurait des larmes de verre », « Qui a tué grand-maman ? », « Lettre à France », « Love me, please love me », « Le bal des Laze » (dans une étrange version néo-heavy metal, HuHu), « Holidays », « Je t’aime », « Tout pour ma chérie », etc. avec en premier rappel un karaoké géant sur « On ira tous au Paradis », dans un tourbillon de confettis en forme de lunettes et, en second rappel, une chanson que je ne connais pas, dans laquelle Michel rêve d’un monde sans guerre blah blah blah (léger changement de setlist par rapport à mars car on a eu cette chanson à la place de « Je cherche un job », il me semble…) Tout cela durant deux heures, passées à la vitesse de la lumière, au milieu d’un public très calme (« vieux et mou », dixit Mr. A.) qui chantait en choeur tous ces tubes légendaires. Avec en point d’orgue et final, la venue sur scène de Pascal Nègre himself (timidement sifflé / hué par une petite partie de la foule, avant d’être sobrement « défendu » par Polnareff), venu remettre au chanteur deux disques de précieux métal pour ses ventes d’albums…

Comme la première fois, j’ai adoré ! Comment ça, je suis bon public !!!??? De toute façon, j’adore les concerts, c’est pas difficile. Et comme pour les films ou les livres, voir et revoir le même concert n’est certainement pas un problème pour moi : ce que j’aime ne sent jamais le réchauffé !! Plus encore quand je partage ce moment avec des personnes que j’aime. C’est au contraire un plaisir renouvelé – qui débouche souvent après sur une période de grosse déprime post-concert, mais bon…

L'Amiral est de retour dans la capitale !

Le mois prochain, c’est Joan pour qui je vais frémir et dont je vais (re)tomber « amoureuse » (car je tombe amoureuse de tous les chanteurs que je vois en concert, qu’ils soient hommes ou femmes, beaux ou moches, maigres ou bedonnants… c’est la magie de la Musique !!! 🙂 ) J’ai hâte !

En tout cas, cela m’a permis de ne pas penser aux catastrophiques législatives qui me donnent une furieuse envie de gueuler contre les Français neuneus qui votent massivement aux présidentielles et sont incapables de se bouger quelques semaines plus tard. Aucune surprise, les jeux sont faits, nous allons nous manger du 100% Sarko pendant cinq ans, voire pire, mais je suis quand même dépitée par la stratégie de Bayrou.

A part ça, je vous ai déjà dit que je vis dans un quartier formidable ? Et dans un appartement formidable ? Et dans un immeuble formidable ?

Mes deux voisins de palier sont super choupis, l’un est un monsieur d’un certain âge d’origine espagnole dont je reparlerai sans doute et l’autre est le frère du propriétaire du café d’en bas… Lorsqu’il me croise, il me propose de venir boire un café, me demande si ma journée s’est bien passée ou m’offre des cerises (comme aujourd’hui.) Il croyait, pour je ne sais quelle raison, que j’étais photographe !!! 😀 En tout cas, les habitants de cet immeuble sont vraiment sympas (il y a aussi une jeune femme sculpteur qui m’avait invitée à son vernissage, auquel je n’avais pas pu aller…)

Et, chose marrante, j’ai depuis quelques semaines un paillasson devant mon palier – qui en était dépourvu depuis mon emménagement -, sans que j’aie rien demandé à personne. Je ne sais pas qui l’a mis là, mais c’est très pratique.

Peut-être est-ce mon voisin qui m’a vue, par son judas, m’essuyer un jour les pieds sur le sien ??? 😀

Marilyn Manson site officiel

Marilyn Manson – They said that hell’s not hot

Non, franchement, je ne comprends pas pourquoi certaines personnes sont effrayées par Marilyn Manson… Certes, il a un air légèrement glauque, mais dites-vous bien, petites âmes sensibles, que sous son maquillage, ce cher Marilyn n’est qu’un homme, un tantinet bouffi par les ans, comme vous et moi – surtout vous d’ailleurs -, qui fait caca comme vous et moi, même si c’est peut-être plus laborieux pour lui d’enlever ses déguisements avant d’aller aux toilettes.

Il ne faut donc pas prendre son personnage gothico-rebelle au premier degré de la lettre ! Marilyn Manson est un monsieur fort intelligent (Télérama lui avait d’ailleurs consacré une interview de 2 pages il y a quelques années, donc hein !!!), au coeur sensible, comme il le confesse lui-même dans son dernier album Eat Me, Drink Me que je me suis empressée d’acheter hier avant son concert de ce soir.

Car OUI ! j’adore Marilyn Manson ! Je le trouve plus touchant que méchant. Et sa musique n’est pas si atroce qu’on a voulu le faire croire puisqu’elle n’a cessé d’évoluer vers des registres plus rock / pop / glam / funk (commerciaux, donc, pour certains…) Peu importe. Marilyn Manson est également cultivé et son univers musical et visuel s’inspire de moultes choses passionnantes dans les domaines de la littérature ou du cinéma. C’est ce qui le rend si intrigant et intéressant.

J’ai découvert MM un peu par hasard lors de la sortie de Mechanical Animals, album que j’avais vaguement écouté à la FNAC en me disant que tiens, je n’aurais pas imaginé que Marilyn Manson pût être aussi écoutable. Cela dit, je n’avais pas non plus été époustouflifliée puisqu’à l’époque, j’étais plutôt fan d’Elton John et du Roi Lion (aujourd’hui, j’ai appris que rien n’était définitivement inconciliable…)

Deux ans plus tard, en 2000, v’là-t-y pas que je retombe sur Marilyn au rayon nouveautés musicales. La pochette d’Holy Wood m’intrigue et me fascine. Ni une ni deux, j’achète le CD, je regarde les images, provocantes mais fabuleuses, j’écoute la première chanson que je juge bof et je range le tout dans ma CDthèque, au milieu d’autres CD écoutés une ou deux fois. Et puis un jour, je sais pas pourquoi, je me décide à redonner une chance à ce disque mal aimé. Et là, coup de foudre ! C’est bizarre, c’est sombre, c’est beau, c’est rageur, c’est mélancolique… wow… Ca bouillonne savamment dans tous les sens et c’est diablement efficace.

Depuis, je suis tous les albums de M. Manson avec un réel intérêt et ils me plaisent quasiment tous même s’ils sont parfois boursouflés et à la limite du ridicule – le dernier est à ce titre assez déroutant mais finalement plaisant, très abordable pour quelqu’un qui ne connaît pas Marilyn Manson. Au moins, ce type ose, il tente, il prend des risques, ne se cantonnant pas au style qui a fait sa gloire à ses débuts. Bravo.

Pour la première fois, ce soir, je l’ai vu en concert et je n’ai pas été déçue, bien qu’il chante parfois un peu faux (enfin, chanter est un grand mot : il crie beaucoup aussi, HuHu…) et que la synchro musique / voix ait parfois été approximative. Petit bémol : l’album étant sorti la veille, personne ne connaissait très bien les nouvelles chansons, du coup, l’ambiance retombait de temps à autres (et moi, je déteste ne pas connaître les chansons que j’entends en concert !)

J’ai entraîné dans cette soirée gothico-métalleuse le pauvre Mr. A., curieux, mais au final peu enthousiaste : il s’attendait à un méga show subversif et sulfureux et il a vu un type maquillé s’égosiller et courir très simplement, sur une scène décorée très simplement… En effet, on aurait pu s’attendre à quelque chose de plus grandiose, mais Manson vieillit aussi, j’imagine. Mr. A. est donc resté statique toute la soirée, au milieu de djeun’s pogotant, dont moi, sautant comme une puce surexcitée et je me suis dit que, pour quelqu’un qui ne connaissait absolument pas la musique de MM, ce concert devait frôler le supplice auditif.

Je parlais hier d’égarement collectif… Eh bien j’adore les concerts pour cette sensation. D’ailleurs, je déteste assister à un concert en gradins, il faut que je sois dans la fosse, parmi les plus sauvages, les plus hystériques, pour vibrer avec eux et communier le temps de quelques chansons. J’adore cet état d’esprit. La perte de contrôle, le laisser-aller complet pendant quelques heures… Surtout dans les concerts de « gros rock », là où les pogoteurs s’en donnent à coeur joie, là où le plaisir se mêle à l’adrénaline. Sentiment confus et excitant. Contre les gros bourrins, on joue presque sa peau. Enfin surtout lorsqu’on mesure 1,58m. Il faut encaisser les coups d’épaules, de coudes, se bloquer sur le mode « ne pas tomber », tout cela au son d’une musique furieuse, qui met presque en transe… TROP BIEN !!!! Presque un retour à l’animalité, une façon comme une autre de se défouler. Après de tels concerts, on ressort vidé, avec l’impression d’avoir fait 3H de sport – ce qui est très intéressant pour la non-sportive que je suis.

Je dois avoir une conception bizarre des concerts mais lorsque je vais écouter des groupes comme Marilyn Manson ou Muse, ce n’est pas pour rester le derrière vissé sur une chaise en tapant des mains sagement ! Sinon, je vais voir Michel Sardou, ça revient au même.

Ce soir, en tout cas, j’ai été largement servie. J’ai sauté, hurlé, brandi le poing, sué, poussé, été poussée, j’ai le dos en compote et les jambes en marmelade – d’autant plus que j’ai une grosse crève depuis quelques jours. J’ai pas vu grand chose (dur dur d’être petite en concert), j’ai pas pu me faufiler comme je voulais mais je suis heureuse. Le concert a été très chouette, malgré l’absence de plusieurs de mes chansons préférées – c’est toujours le problème lorsque le répertoire d’un artiste s’allonge : on a tous le concert rêvé en tête 🙂 D’ailleurs, comme j’ai été honteusement privée de « The Nobodies » (qui avait pourtant été jouée en Italie), je mets le clip ici :

En résumé, un show rock bien rôdé mais sans grande audace, une belle voix (même si pas toujours juste – ouïe ouïe mes oreilles sur « Great Big White World », chanson pourtant magnifique), une batterie présente et des guitares bien lourdes – et un public, grimé, looké, très beau à regarder (j’aime cette jeunesse néo-romantique décadente, ultra-tatouée – une fille avait trois ou quatre visages de Manson tatoués dans le dos !! -, over-piercée…)

Un peu court pour 42€ (1H30) mais bon, pour mon premier concert mansonien, je suis plutôt ravie. Vivement le prochain !!! 😀

EDIT : j’ai retrouvé la fameuse interview de Télérama dans mes archives et je l’ai scannée. Elle est bien ! La preuve !

%d blogueurs aiment cette page :